Les mesures optiques

A l’issue des raccordements et de l’installation, il convient de vérifier l’ensemble des prestations : qualité de la fibre, pose du câble, composants de la liaison…

Selon les cahiers des charges établis, les passages de câble et les poses associées sont contrôlés. Il en est de même pour les repérages et les systèmes d’identification.

Lors de l’installation, les liens optiques sont validés par des mesures et les prestations sont contrôlées. Lors de la maintenance et des pannes de réseau, des mesures seront à nouveau réalisées pour détecter les défauts et diagnostiquer les pannes.

La mesure en fibre optique fait référence, en standard, aux mesures qui ont pour objectif de vérifier la perte de la liaison et de ses composants.

Elle comprend deux types de méthodes :

  • la mesure par insertion
  • la mesure par réflectométrie

Méthode d’insertion

Cette méthode qui utilise un mesureur de puissance (ou radiomètre ou power meter) et une source permet de mesurer une perte qui peut être interprétée comme :

  • la valeur réelle de la perte due à l’insertion du composant sur la liaison
  • la valeur globale de la perte sur la liaison, c’est-à-dire savoir si la perte globale est admissible par rapport au budget optique souhaité
  • la valeur de référence pour l’utilisateur du réseau, c’est-à-dire la valeur réelle du réseau

 

insertion

 

Ainsi chacune des fibres optiques du réseau est qualifiée. En standard, l’ensemble des mesures réalisées est retranscrit sous forme de rapport (généralement un tableur). Ce dernier permet de s’assurer que les valeurs sont inférieures aux seuils définis.

La mesure par insertion est une mesure sur fibre optique dédiée aux courtes distances. Pour les distances plus conséquences (au-delà de quelques dizaines de mètres), elle est complémentaire à la mesure par réflectométrie. Elle permet alors d’établir la perte.


Méthode par réflectométrie

La mesure sur fibre optique, par réflectométrie, permet aux constructeurs de réseaux de valider leur prestation auprès de leurs clients. Cette méthode, qui se traduit par une courbe, permet de :

  • localiser et valoriser chaque événement (fibre, soudure, connecteur…)
  • vérifier les réflectances des connecteurs
  • rechercher des défauts (cassures, pliures…)

 

reflectometrie

 

Ce type de mesure nécessite l’utilisation d’un réflectomètre (ou OTDR) et de bobines amorces dont la longueur sera fonction de la distance à contrôler. Cette méthode implique une mesure dans les deux sens car la valeur réelle est la moyenne. Mesurer dans un sens ne correspond ainsi qu’à une estimation.

La mesure réflectométrique nécessite un savoir-faire pour optimiser le paramétrage de l’OTDR et pour interpréter les résultats. En effet, les réglages au moment de l’acquisition influencent la détection et la mesure des différents évènements. De même, la réflectométrie ne se traduisant pas par un système bon/mauvais, il est nécessaire de pouvoir interpréter la courbe ainsi que les différentes valeurs obtenues.

La PMD (Polarization mode dispersion) et la CD (Chromatic Dispersion) sont également des mesures sur fibre optique. Elles sont réalisées lors de la qualification des réseaux longues distances. Complémentaires d’un test de débit, elles permettent de savoir si la fibre optique va supporter le débit envisagé. Ce type de mesure est fortement recommandé lorsqu’un débit de 40Gbit/s est souhaité.